Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avouons-le, je n’ai pas la pugnacité d’un Fidel Navamuel, infatigable animateur du blog Outilstice qui, qu’il pleuve ou qu’il vente, nous dépose gracieusement chaque dimanche dans notre boite mail sa sélection d’outils découverts et testés pour nous ; je n’ai pas la constance de ces veilleurs bénévoles qui forcent autant l'admiration que notre porte et pour qui j'ai la plus grande estime.

Cependant, de temps à autre et en sus des redirections que je peux faire sur Facebook ou Twitter, j’aime à partager avec vous mes découvertes et coups de cœur (professionnels, s’entend !).

Le premier de l’année est pour l’application 1001Lettres, développé par Opcalia. Ceux d’entre vous qui trainent depuis longtemps sur le champ sans cesse en friche de l’illettrisme, et plus particulièrement des liens entre illettrisme et numérique, connaissent sans doute la version originale de ce produit qui propose à des salariés d’entreprise des parcours de formation individualisés et numériquement assistés sur les savoirs et compétences de base. Mais peut-être pas encore la version pour smartphone.

Deux ou trois choses que j’ai bien aimées ce mois-ci…

Basé sur un principe de jouabilité semblable aux jeux « grands publics » où l’on gagne des points en cas de réussite, l’application, disponible sur App Store et Google Play, propose quatre parcours de formations (logique & Mémoire, Chiffres, Lettres, Culture Générale) répartis en modules. Chaque page écran est un quiz, ludique, bien fait, de difficulté croissante, complété si besoin d’un cours animé sous la forme d'une courte vidéo, qui vient en appui en cas de difficulté. C’est malin, addictif, valorisant  car on cumule des étoiles à chaque partie, et on peut se former partout et à tout moment, même en quelques minutes dans le bus ou dans une salle d’attente de médecin. Aux opposants récurrents qui, dans mes formations, m’assènent régulièrement que ‘’c’est bien joli ce que vous racontez mais avec nos publics pas autonomes, c’est juste pas possible ! » ou bien  l'insidieuse et assassine question  "mais vous avez déjà enseigné à des apprentis ?"je vais pouvoir démontrer, preuve en main (au sens littéral du terme), que le e-learning n’est pas réservé aux bac + 2 minimum mais est aussi une réponse adaptée aux plus faibles niveaux de qualification. Rien que pour cela, Opcalia mérite une médaille  et ma reconnaissance éternelle !

Mon second coup de cœur est pour le consortium des CAFOC (Centre Académique de Formation Continue) qui propose depuis la fin de l’année dernière le dispositif CapForm Express, dispositif multimodal particulièrement innovant à destination des  formateurs qui souhaitent faire évoluer leurs pratiques et développer leurs compétences. Ce dispositif articule trois services complémentaires : des ressources médiatisées interactives, un accompagnement individualisé par une cellule dite tutorale et  des animations collectives via une web TV. Le tout organisé autour de la symbolique du Voyage, chère à mon cœur (voir notamment sur mon blog le post partir en formation comme on part en randonnée).

Malheureusement pour nous c’est un dispositif  payant et qui s’adresse essentiellement aux formateurs des GRETA, mais je vous invite tout de même à découvrir la démo proposée sur le site sur le thème « comprendre les principes de l’évaluation ». En tant qu’apprenant, vous évoluerez dans une salle d’attente et rencontrerez différents personnages qui vous aideront à vous poser les (très) bonnes questions sur ce qu’est « évaluer ». C’est ludique, interactif, auto dirigé  car on peut naviguer à sa guise dans les apports de contenus, les quiz, les témoignages… le tout avec une contextualisation métier qui ancre les contenus sur de réelles interrogations professionnelles. Une fois qu’on est dans l’activité on a envie d’aller au bout, ce qui n’est pas la moindre qualité d’une ressource numérique ! Là aussi, je vais abondamment utiliser cet exemple dans mes formations pour montrer l’intérêt d’une ressource numérique autodirigée. Et oui, apprendre peut aussi se faire en s’amusant ou, en tous les cas, en ne s’ennuyant pas !

Deux ou trois choses que j’ai bien aimées ce mois-ci…

Pour produire ce genre de ressource (de manière plus modeste toutefois) mon troisième coup de cœur est pour le site Genial.Ly, application en ligne gratuite qui permet de créer des diaporamas ou des posters interactifs. Si ce n’est pas a priori un outil destiné aux formateurs, c’est pour moi le chainon qui manquait pour organiser différentes activités, notamment celles qui vous pouvez créer sur le site Learningapps  (qui est aussi un de mes coups de cœur), ou bien encore des vidéos YouTube ou d’autres apports de contenus … dans une organisation cohérente et interactive, notamment en intégrant des « cadenas », dans l’esprit des escape games pédagogiques. Je vous invite par exemple à voir ce qu’en fait Mallory, une enseignante en école primaire, avec son escape game sur Halloween. Cette technique est aisément transposable dans de nombreux contextes où il est nécessaire de proposer des contenus avec un minimum de gamification et sortir des cours magistraux.

 

Deux ou trois choses que j’ai bien aimées ce mois-ci…

Enfin, un coup de chapeau au Forum des acteurs de la formation digitale (FFFOD) pour le guide pratique intitulé « Pour une digitalisation réussie des CFA » qui propose en 60 pages environ les repères juridiques, technologiques et pédagogiques nécessaires à l’introduction de la FOAD dans les dispositifs en alternance. Je me retrouve parfaitement dans cette production, sur laquelle je vais là aussi pouvoir m’appuyer pour renforcer les accompagnements que je propose dans les CFA, notamment ceux des BTP. A l’heure où les financements de l’alternance sont en débat et leur avenir incertain ; où l’arrivée des « digital natives » nécessite de revisiter la pédagogie, afin de la rendre plus attractive, flexible, dynamique, coopérative ; où l’hétérogénéité croissante des niveaux des apprentis accueillis (certains avec des besoins accrus de remédiation dans les compétences de base,  d’autres avec des pré-acquis importants conduisant à des allégements), rend incontournable l’individualisation des parcours de formation,  les CFA sont amenés à transformer leur offre de service et la digitalisation est incontestablement l’une des voies majeures de changement ; c’est d’ailleurs ce que confirme une étude menée par Opcalia (tiens, encore eux ?)  dans laquelle 65 % des CFA déclarent "avoir des projets" dans ce domaine. C’est réjouissant, car même si souvent on en reste à des usages très basiques (projection de diaporamas ou de vidéos), des usages singuliers et novateurs voient aussi le jour, qui augurent d’un changement en profondeur dans ces prochaines années, auquel je compte bien continuer d’apporter ma petite musique en 2018…

Tag(s) : #Usages

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :