Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’analogie entre la randonnée et la formation n’est sans doute pas une idée nouvelle. Elle refait régulièrement surface avec l’arrivée des beaux jours, à l’heure où nombre d’enseignants rêvent d’ouvrir grand leurs salles de classe. A l’heure où, se souvenant de leurs idéaux rousseauistes, ils se découvrent, surpris et déçus, à guetter discrètement la pendule en attendant la fin du cours. A l’heure enfin où ils se verraient bien faire un bout de chemin avec cet élève prometteur sans risquer l’opprobre ou le soupçon infâme…

 

En formation d’adulte, c’est pareil : si le grand mérite de l’ingénierie de formation a été de structurer un exercice professionnel qui, dans les premiers temps, laissait trop de place à l’approximation, poussée à l’extrême elle enferme dans un carcan où il ne reste plus d’espace à  l’inattendu, aux chemins de traverse,  à la serendipité …

 

Ouvrons donc nos esprits et inventons ensemble une nouvelle ingénierie de la randonnée.

 

Tout d’abord il faut en avoir l’envie : Le retour du soleil n’est pas étranger au désir de marcher mais quelle randonnée choisir ? Combien de temps ai-je devant moi ? De quoi suis-je capable ? Entre les quelques heures pour découvrir un joli site près de chez soi et les deux mois de la marche de St Jacques, l’étendue est immense, et voici le temps du projet.

 

Puis achetons un guide ; fort bien fait la plupart du temps, celui-ci me propose plusieurs choix, m’indique le point de départ et le point d’arrivée, ainsi que les différentes étapes. C’est une affaire de spécialiste, et je fais toute confiance à l’auteur qui a testé la route avant moi et a identifié les risques et les chausse-trappes. Il m’alerte sur les points de vue à ne pas rater, avec quelques photos peut-être pour me mettre en appétit mais pas trop pour ne pas me gâcher le plaisir de la découverte. Le plan me rassure, d’autant qu’il est relayé sur le terrain par des balises colorées. Cette articulation entre le document de cadrage conçu a priori et l’appui sur le terrain m’est précieuse.

 

Bien sûr, j’aurais pris tout ce dont j’aurais besoin ! Bonnes chaussures, sac à dos, victuailles (pas trop), boussole pour les plus téméraires … voici mon viatique. Mes ressources, en quelque sorte. Peut-être sur la route trouverais-je à me ravitailler : fruits des bois, eau potable, pourquoi pas une auberge de campagne, ajoutant à mes ressources personnelles celles glanées sur les chemins.

 

Je ne voyage jamais seul. Le plus souvent à deux, nous nous épaulons mutuellement, l’un attendant l’autre parfois, à d’autres moments de concert, mais toujours chacun respectant son rythme. Les pauses sont partagées et nous échangeons sur ce que nous avons vu ; parfois les silences sont aussi éloquents. Mais sur la route il y a aussi ceux que vous croisez ou dépassez, qui vous saluent ou échangent quelques mots avec vous. Les sentiers de randonnées sont peut-être les derniers remparts de civilité et de courtoisie ! Et puis il y a ceux qui ont parcouru le sentier avant vous, qui ont laissé des traces. Parfois malheureuses, la civilité n’allant pas toujours jusqu’à emporter ses déchets, mais parfois heureuses. Ce petit raccourci que vous empruntez a été creusé par des centaines de promeneurs avant vous, au point qu’il en vient presque naturellement à prendre la place du chemin officiel. Le chemin se fait en marchant, comme dit le poète !  

 

Au bout du chemin, la fierté d’avoir réussi, de poser pour l’éternité photographique. De retour chez moi, j’aimerais faire part de mes découvertes, je posterais quelques photos ou commentaires sur les réseaux sociaux, suscitant peut-être ainsi l’envie chez d’autres …

 

En définitive, le chemin parcouru aura été le mien ; imprévisible, unique, inédit, non reproductible. C’est avec mes pieds, mes muscles que j’aurai éprouvé la rudesse des montées et la hauteur des pierres. C’est avec mes oreilles que j’aurai été charmé d’un piaillement d’oiseau, du doux chant d’une cascade. C’est avec ma langue que j’aurai saisi la saveur acidulée d’une fraise des bois ou le parfum sucré d’une mangue bien mûre. C’est avec mes yeux que j’aurai compris l’immensité du monde et la plénitude d’un regard amoureux …

 

 

Partir en formation comme on part en randonnée
Tag(s) : #Humeur

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :